Les lieux incontournables à voir au nord de l’Italie

Difficile de choisir certains lieux plus que d’autres quand on a à peu près tout apprécié durant notre voyage ! Néanmoins, j’ai eu quelques GROS coups de cœur qui méritent d’être dans mes incontournables d’Italie du Nord.

À VOIR ABSOLUMENT À VENISE

L’ÎLE DE BURANO

Située à 45min au nord de la lagune de Venise, l’île de Burano est célèbre dans le monde entier pour sa dentelle mais aussi pour ses magnifiques petites maisons colorées qui bordent les canaux de ce village de pêcheurs. À peine descendue du bateau, tu ressens déjà le charme fou de cet endroit. L’île est petite, tu auras vite fait le tour mais prends le temps de t’imprégner des lieux. Perso, j’y suis allée deux fois tellement que j’ai adoré, et si tu es comme moi, tu ne vas pas avoir le temps de ranger ton appareil photo ! Ah et un conseil, installe toi à un des restaurants de la place principale pour goûter à n’importe quel plat à base de poisson, perso j’ai pris des moules/frites et je ne m’en suis toujours pas remise tellement que c’était divin !

À VOIR ABSOLUMENT DANS LES DOLOMITES

Je ne peux pas m’empêcher de mettre dans mes incontournables tout ce que j’ai vu dans les Dolomites ! Cette liste est, bien entendu, non exhaustive car je n’ai pas tout fait mais je compte bien y retourner pour rajouter de nouvelles merveilles à mes incontournables.

LE LAGO DI CAREZZA

Quelle claque ce lac ! Situé non loin de Bolzano, tu en fais le tour en 20min à peine mais il vaut largement le coup d’œil ! Tu n’as pas le droit de t’y baigner, et heureusement d’ailleurs, cela gâcherait totalement les lieux ! D’ailleurs, depuis quelques années, des barrières ont été installées tout autour pour préserver l’eau du lac et empêcher les gens de s’approcher de trop prêt. Niveau stationnement, tu peux te garer à une vingtaine de minutes du lac (vers les divers hébergements plus haut) et venir à pied ou alors tu peux te garer au parking juste à côté (gratuit avant 8h30 puis 2euros par heure.)

SECEDA DANS LE VAL GARDENA

La chaîne de montagnes Seceda se trouve dans le Parc Naturel Puez Odle, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Pour t’y rendre, il faut prendre le téléphérique à Ortisei. Le prix (aller/retour) jusqu’en haut est de 34 € par personne et il est ouvert de 8h30 à 17h30 du 15 juin au 13 octobre (horaires 2020).

Je suis arrivée vers 11h en haut, j’ai eu de la chance d’apercevoir les cimes tranchantes pendant quelques minutes mais le ciel s’est vite couvert et ce, jusqu’à ce que je redescende vers 16h. Un conseil : essaye de monter le plus tôt possible pour éviter les nuages et le monde. Voulant tout de même profiter des lieux malgré le mauvais temps, j’ai suivi un des nombreux sentiers de randonnées qui m’a amenée à de jolis paysages ! De toutes façons, dans les Dolomites, tu seras toujours entouré(e) de paysages à couper le souffle !

LE LAGO DI BRAIES

Tu l’auras compris, je rêvais depuis des années de découvrir le Lago Di Braies et c’est enfin chose faite ! Je pense que tant que tu n’y as pas mis les pieds, tu ne peux pas comprendre la magie de ce site. J’avais lu sur divers blogs voyage qu’il fallait s’y rendre très tôt avant que les touristes n’arrivent par dizaines. Je suis donc arrivée sur place vers 6h45 en me garant sur le parking le plus proche de l’hôtel du lac (le parking P1). Ce dernier est gratuit avant 9h et il passe ensuite à 6 euros la journée.

Il y avait déjà une bonne poignée de personnes sur place, notamment des photographes et des pêcheurs. Suivant la période, le niveau de l’eau n’est pas le même, lorsque j’y étais, le célèbre cabanon était entouré d’eau ce qui ne m’a pas permis d’avoir beaucoup de recule pour les photos. N’hésite pas à monter un peu en hauteur dans ce cas, et puis ne t’attarde pas devant le cabanon, le point de vue est, certes, magnifique, mais en passant de l’autre côté de la rive, tu découvriras d’autres points de vue qui changent un peu de ce que l’on voit sur les réseaux sociaux.

Je ne savais pas mais tu peux faire entièrement le tour du lac en une heure environ à pied. J’ai hésité puis je me suis dit qu’il fallait que j’en profite à fond quitte à décaler un peu le programme que je m’étais fixé. Et j’ai sacrément bien fait car c’est magnifique ! Au fil des heures, le lac change de couleurs passant du bleu au vert avec les rayons du soleil. Tu peux également faire le tour du lac en barque : à partir de 8h30, toutes les barques attachées devant le cabanon quand je suis arrivée ont été libérées pour permettre aux visiteurs de naviguer sur l’eau. Les tarifs sont raisonnables : 12 euros pour 30min et 20 euros l’heure. Perso je n’en ai pas fait car il y avait beaucoup de monde et je voulais vraiment me concentrer sur mes photos.

Lors de mon second road trip en 2021, je suis, bien évidemment, retournée au Lago di Braies et j’ai eu la chance d’avoir un ciel super dégagé contrairement à l’année d’avant ! J’y étais plus tôt que la première fois, vers 6h15, mais cette fois-ci, il y avait déjà beaucoup beaucoup de monde… J’ai refait quand même pas mal de photos et j’ai entrepris de nouveau le tour du lac en compagnie de trois nanas (une chinoise et deux françaises). L’une était photographe, on a donc fait un petit shooting improvisé, c’était super sympa ! En voyant de nouveau le lac devant moi, j’ai eu la même réaction que la première fois, les yeux écarquillés tel un enfant qui découvre la magie de Disneyland, je me suis faite la même réflexion : ce paysage est sans doute le plus beau qu’il m’est été donné de voir dans ma vie.

TRE CIME DI LAVAREDO

Tu l’auras remarqué, les Dolomites c’est un somptueux mélange entre lacs hors du commun et montagnes gigantesques. Laisse moi te parler des Tre Cime justement, une chaine de montagne qui semble caresser le ciel tellement qu’elle est immense. Pour t’y rendre, il faut monter encore et encore jusqu’à arriver à des barrières où tu devras payer 30 euros pour passer et accéder au site. Comme je t’ai dit dans mon article parlant de mon itinéraire d’août 2020, j’ai beaucoup hésité à m’y rendre car il y avait énormément de brouillard et d’épisodes pluvieux le jour où j’avais prévu de faire cette sortie. Tant pis, j’étais sur place, autant aller y faire un tour. Je n’avais pas compris que c’était en réalité une randonnée et que le but était de faire une boucle autour des trois cimes. Je me suis donc lancée, à l’aveugle au début, car on ne voyait absolument rien puis au fil des heures, le temps s’est dégagé et j’ai enfin aperçu ces trois grands monstres s’élever au dessus des nuages.

Ces demoiselles ne sont pas les seules vedettes du lieu, à vrai dire, tout le cadre est splendide, je ne savais pas où donner de la tête. J’ai mis environ 3h30 à faire le tour, la marche n’est pas compliquée. Cependant, j’avoue que j’ai marché assez vite (malgré le fait que j’ai bien profité des lieux) car j’avais peur de me prendre une énorme averse (et ça n’a pas loupé, j’ai passé la dernière demi-heure sous la pluie). J’ai donc loupé pas mal d’endroits à photographier, notamment vers le refuge principal des Tre Cime où je ne suis pas allée mais où je te conseille de faire un détour !

Je suis retournée au Tre Cime en septembre 2021 et, cette fois-ci, il y avait ÉNORMÉMENT de monde, c’était hallucinant ! Des mecs faisaient la circulation pour que l’on se gare sur les 4 parkings du site qui étaient blindés et on était limite à la queue leuleu sur le sentier principal… Pas hyper cool donc mais ça n’enlève en rien le fait que j’ai retrouvé cette atmosphère si particulière où on se sent minuscule face à cette nature époustouflante.

Je me suis rendue au fameux refuge où je n’avais pas pris le temps d’aller la première fois et ça valait le coup ! J’y ai dégusté un merveilleux plat de pâtes carbonaras et j’ai pris le temps d’apprécier les paysages qui m’entouraient en me posant un bon moment sur les hauteurs.

J’ai passé environ 5h sur place, juste à profiter de ce qui m’entourait mais je n’ai pas refait la randonnée qui fait le tour des trois impressionnantes cimes. Vers 17h il y avait déjà beaucoup moins de touristes, mais pas mal de gens venaient pour le coucher du soleil. Personnellement je ne suis pas restée, j’ai hésité à passer la nuit sur place mais j’étais épuisée, j’ai décidé de rouler en direction de mon hôtel pour me reposer, ça sera pour une prochaine fois !

LE LAGO DI SORAPIS

Quelle journée éprouvante ce jour là ! Je me suis levée encore une fois très tôt pour débuter la marche à 7h du matin direction le Lago Di Sorapis . J’ai garé ma voiture au bout du chemin en terre où le sentier commence (le GPS connait l’emplacement). Au bout d’une demi-heure à m’enfoncer dans la forêt, j’ai dû vite rebrousser chemin à cause de la pluie diluvienne. Je suis donc rentrée trempée à mon hôtel et j’ai attendu que ça se calme. J’y suis retournée vers 13h en me disant que de toutes façons, il fallait que je vois ce lac coûte que coûte ! Et crois moi, il se mérite contrairement aux autres lacs de la région puisqu’il faut faire environ 2h de montée pour y accéder et presque tout autant pour redescendre. Avec la pluie, le sentier était inondé et j’avais l’impression de remonter une mini rivière; pas l’idéal donc et certains passages étaient assez dangereux. Bon, on oublie vite tout ça une fois arrivé(e) en haut car le spectacle est de taille ! Le lac a, en effet, la particularité d’être d’un bleu laiteux indescriptible qui contraste parfaitement avec les falaises aux alentours. Je suis restée une heure sur place environ avant de redescendre sous la pluie mais qu’est ce que c’était beau !

L’ALPE DI SIUSI

Au final, voici le seul nouvel endroit des Dolomites que j’ai découvert lors de mon road trip en 2021. Comme je l’ai écrit dans l’article consacré à mon itinéraire, l’Alpe di Siusi est le plus grand alpage d’Europe. Tu y accèdes en télécabine pour 20 euros aller/retour depuis la ville d’Ortisei, ou en voiture directement mais attention : la circulation est très réglementée, il faut arriver en haut avant 9h ou après 17h seulement, entre ces horaires, la route est fermée et si ce n’est pas le cas, tu risques une grosse d’amende.

Dès la sortie du télécabine, tu as une vue imprenable sur cette immense prairie. Tu as une petite office de tourisme à droite en sortant si tu veux des conseils sur des potentielles randonnées et tu peux prendre un télésiège pour descendre jusqu’à Saltria si tu ne souhaites pas perdre de temps pour te rendre de l’autre côté de la vallée.

Il y a énormément de départs de randonnées là-haut, perso j’ai décidé de suivre de multiples chemins pour découvrir les alentours, du coup j’ai tout fait à pied. J’ai suivi les panneaux pour me rendre en direction de Compatsch puis j’ai fait une boucle en revenant vers Saltria et en me perdant un peu sur d’autres sentiers. Si le ciel est bien dégagé, tu pourras voir Seceda de l’autre côté !

À VOIR ABSOLUMENT AU LAC DE CÔME

LE VILLAGE DE VARENNA

À vrai dire, j’aurais pu mettre tout le lac de Côme dans mes incontournables car j’ai vraiment tout apprécié, mais deux villages se sont quand même détachés des autres et ont été un réel coup de cœur. Je commence par te parler de Varenna. Situé sur la rive est du lac, ce village regorge de surprises ! Rien qu’en arrivant en ferry, tu as déjà un bel aperçu de ce qui t’attends avec le joli petit port, les maisons colorées et la belle église qui contraste parfaitement avec la montagne en arrière plan.

À peine débarquée sur les quais, mon regard a direct été attiré par les petites ruelles du village. La plupart sont accessibles par des petits escaliers entre les maisons et les magasins, et elles amènent presque toutes à la place principale : la Piazza San Giorgio, où se trouvent deux belles églises. Varenna a décidemment un charme fou !

Tu as également pas mal de choses à visiter avec, notamment, le Castello di Vezio (un château du XI ème siècle surplombant le village), la Villa Monastero et la Villa Cipressi (qui est maintenant un hôtel). C’est cette dernière que j’ai choisi de découvrir, n’ayant malheureusement pas le temps de tout faire… Enfin j’ai plutôt découvert ses somptueux jardins. Je n’ai jamais visité un endroit aussi beau et hors du commun comme celui-ci, d’ailleurs je pense que ce sera le lieu de mon futur mariage haha ! Les jardins offrent une superbe vue sur le lac et tout est prétexte pour prendre des centaines de photos ! L’entrée coûte 8 euros, j’y ai bien passé deux heures.

LE VILLAGE DE LENNO

Lenno est le dernier village que j’ai visité au lac de Côme et j’ai été séduite par son ambiance ! Il n’y a pas énormément de choses à voir pourtant mais je ne sais pas comment expliquer à quel point je m’y suis sentie bien. Les petits bars/restaurants au bord de l’eau sont vraiment chouettes (en particulier le Bar II Golfo que je recommande fortement) et le fait de flâner sur les berges au coucher du soleil vaut vraiment le coup !

Là-bas, tu pourras visiter la Villa Balbianello, un grand domaine datant du XVIII ème siècle qui a été rendu célèbre grâce aux tournages de quelques films tels que Star Wars (épisode II) et James Bond (Casino Royale). Tu devras d’abord traverser la forêt à pied durant bien 25min avant d’arriver.

L’entrée pour un adulte sans réduction coûte 22 euros, il te faut réserver un guide pour la visite de la villa, sinon tu peux juste découvrir les jardins comme je l’ai fait. J’ai trouvé ça un peu cher pour ce que c’était car j’ai préféré les jardins de la Villa Cipressi, à Varenna, mais le prix est sûrement expliqué par la renommée des lieux. Prévois une bonne heure et demie de déambulation à l’extérieur, une heure de plus si tu souhaites découvrir l’intérieur de la villa.

Le lac de Côme a été une agréable surprise, je n’ai pas fait tous les villages du lac mais je compte bien y retourner pour en voir davantage tellement que j’ai adoré !

À VOIR ABSOLUMENT EN TOSCANE

• LA BELLE FLORENCE

Je ne sais même pas par où commencer tellement qu’il y a des choses à dire sur cette magnifique ville. J’ai commencé la journée en me rendant, dans un premier temps, vers la Piazza del Duomo où tu découvriras les principaux monuments historiques : la Basilique Santa Maria del Fiore, le Campanile di Giotto, le baptistère Saint-Jean et le musée du Duomo.

Ces derniers nécessitent une réservation pour les visiter, tu trouveras le lien ici. Je te conseille de réserver en ligne quelques jours à l’avance si tu t’y trouves en haute saison car sinon tu seras bloqué(e), comme moi : le jour même, il n’y avait plus de tickets pour les principaux monuments à part pour le Campanile di Giotto. Si tu ne souhaites pas réserver en ligne, tu as une agence en face du Campanile pour prendre tes billets d’entrées. Pour monter en haut du Campanile, tu devras débourser 15 euros et franchir les 414 marches, mais rassure-toi, la vue en vaut la peine !

Tu peux visiter la Basilique gratuitement mais accroche toi bien : à l’ouverture à 10h, il y avait plus de 2h de queue. Certainement à cause des conditions sanitaires qui exigeaient un certain nombre de personnes à l’intérieur. Je suis donc revenue vers 13h30, les touristes étant allées manger, il n’y avait plus grand monde, j’ai attendu environ 30min. Quelle déception ! Vu de l’extérieur, le bâtiment est un des plus beaux que j’ai vu dans ma vie jusqu’à présent mais alors à l’intérieur, c’est simple, il n’y a rien… Malgré son immensité, il y a juste quelques bancs qui jonchent le sol devant le ridicule petit autel mais l’espace n’est pas du tout optimisé par rapport à d’autres églises et c’est bien dommage ! Pas de fresques non plus et des vitraux pas si impressionnants que ça .. Bref, tu l’auras compris, ce n’est, pour moi, pas du tout une visite indispensable ! Je suis ensuite allée jusqu’au fameux Ponte Vecchio. Ce pont, datant du XIVème siècle, est à la fois une galerie marchande où l’on trouve de la joaillerie et de l’orfèvrerie de luxe mais aussi une rue piétonne que l’on peut traverser pour se rendre sur l’autre rive. La vue vaut réellement le coup à la tombée de la nuit, lorsque toute la ville s’illumine.

De l’autre côté de la rive donc, tu pourras te rendre au plus beau point de vue sur Firenze : la Piazzale Michelangelo. Ce belvédère domine la ville depuis la rive sud du fleuve Arno. Quand j’y étais, le pass sanitaire était obligatoire, mais l’entrée est gratuite et tu as également accès à une galerie où de nombreuses photos sont exposées.

Par la suite, j’ai, bien évidemment, déambulé dans les rues et j’ai découvert les multiples surprises dont recèle Florence. Je n’ai, à vrai dire, pas arrêté de prendre des photos à chaque coin de rue.

Pour finir cette belle journée, je suis allée manger un merveilleux rizotto au restaurant La Borsa, que je recommande vivement ! Il se situe dans une petite ruelle, juste en face de la Piazza della Signoria. Cette place est la plus touristique de la ville après celle du Duomo. Tu pourras y voir le Palazzo Vecchio (l’emblématique monument de cette place), le Loggia dei Lanzi (un musée en plein air où tu pourras observer de magnifiques sculptures comme L’Enlèvement des Sabines et Persée tenant la tête de Méduse), le Palais Uguccioni et j’en passe. Je n’aurais passé qu’une seule journée complète à Florence et quelle erreur ! Il y a tellement de choses à voir et à faire que je serais obligée de revenir !

• SIENNE

Un autre coup de cœur de cette partie de l’Italie : Sienne ! Le temps semble s’y être arrêté au alentours du XIIIème siècle. En effet, la ville a été classée à la World Heritage List de l’Unesco comme étant l’incarnation de la ville médiévale par excellence, un chef-d’œuvre tant au niveau de sa conservation qu’au niveau de sa conception.

Il y a deux places emblématiques à Sienne : la Piazza del Duomo et la Piazza del Campo. Sur la Piazza del Duomo, tu trouveras la plupart des édifices à visiter tels que la cathédrale Santa Maria Assunta, le Baptistère San Giovanni, la crypte de la Cathédrale et de multiples musées. Perso, je n’ai visité que la cathédrale avec une entrée à 8 euros mais tu peux combiner tous ces monuments pour 22 euros. Pour acheter tes billets en ligne, c’est ici, mais tu peux aussi le faire sur place : il y a une office en face de l’entrée de la cathédrale.

J’en ai littéralement pris plein les yeux à l’intérieur ! C’est, pour moi, la plus belle cathédrale que j’ai visitée en Italie, tout monument confondu d’ailleurs. Entre magnifiques vitraux, peintures murales extraordinaires, moulures impressionnantes, décorations hors du commun, tu ne sauras pas où donner de la tête. Sans oublier le sol de l’église qui, à lui-même, est une œuvre d’art. Il est en effet constitué de mosaïques en marbre et est unique au monde. C’est pourquoi il est recouvert toute l’année pour le protéger et il n’est débâché que deux mois par an : en septembre et en octobre, période où j’y étais.

À l’intérieur tu pourras également découvrir la Libreria Piccolomini, une petite bibliothèque où sont conservés plusieurs manuscrits anciens du Pape Pie II. Les fresques toutes colorées, qui s’étendent des murs au plafond, sont à couper le souffle et valent vraiment le coup d’oeil !

Lorsque je suis sortie de la cathédrale, des locaux habillés en costumes médiévaux défilaient dans les rues avec un orchestre. Je ne saurais pas te dire à quel événement cela correspondait mais ça rendait la ville encore plus vivante ! En juillet et en août par contre, il y a ce que l’on appelle en Italie : le Palio. C’est une course de chevaux typique de Sienne qui se déroule sur la Piazza del Campo. Chaque cavalier représente un des 17 quartiers médiévaux de la ville et cela attire beaucoup de monde ! Les locaux se déguisent également avec des costumes de l’époque pour l’occasion. Il faut dire que les lieux s’y prêtent particulièrement : en se perdant dans les ruelles, on se croirait au Moyen-Âge.

En ce qui concerne la Piazza del Campo, elle se situe au cœur de la ville, à l’embouchure de la plupart des rues. Elle est facilement reconnaissable de par sa forme de coquillage ainsi que son Palazzo Pubblico et sa Torre del Mangia, haute de 102 mètres. Comme dit précédemment, elle est le lieu de rassemblement de plusieurs événements à Sienne mais aussi la pace où tu trouveras tous les bars et restaurants.

J’ai vraiment adoré cette ville, il y a énormément de choses à voir. Moi qui pensais rester à peine deux heures, au final j’y ai passé plus de 4h et je suis loin d’avoir tout vu. Une journée entière me parait être idéal pour découvrir toutes les facettes de Sienne !

• SAN GIMIGNANO

Dans le même style que Sienne, je tenais également à te parler de San Gimignano. Autre petite ville médiévale, elle a totalement sa place dans mes incontournables. Plus petite que Sienne, on y trouve tout de même énormément de choses à faire et elle a également un charme fou. J’y ai passé plus de temps que ce que je pensais ! Je me suis, tout d’abord, baladée en prenant le temps de découvrir et de photographier les vieux bâtiments du centre historique.

J’ai ensuite découvert un musée peu commun : le musée de la torture. Figure toi que ce n’est pas juste une attraction touristique morbide; c’est, avant tout, un lieu éducatif qui permet d’informer les visiteurs sur les diverses manières de torturer de l’époque. J’avoue que certains outils m’ont fait froid dans le dos.

On imagine pas, aujourd’hui, qu’il y a des siècles, les gens employaient toutes sortes de techniques horribles pour punir toutes les personnes qui transgressaient les règles de la société d’antan (sorcières, homosexuel(le)s, meurtriers, malades mentaux etc). Le musée permet également de montrer que, de nos jours, certains pays perpétuent certaines de ses coutumes et que des modes de tortures physiques persistent encore.

Le musée se partage en deux parties, la première se trouve à l’entrée de la ville, et le second quelques mètres plus loin. L’entrée pour les deux sites coûte 10 euros. J’ai vraiment bien aimé ce genre de musée des curiosités et je te conseille d’y faire un tour, tu apprendras plus de choses que tu ne le penses ! J’ai quitté San Gimignano en fin de soirée mais j’y serais bien restée une journée de plus !

À VOIR ABSOLUMENT AUX CINQUE TERRE

J’ai eu un gros coup de cœur pour les villages de Vernazza et Manarola mais je ne peux pas m’empêcher de mettre tous les villages des Cinque Terre dans mes incontournables. J’attendais ce moment depuis des années, un peu comme pour le Lago di Braies ! Bon, malheureusement, le beau temps n’était pas vraiment au rendez-vous mais ça ne m’a pas empêchée de découvrir l’intégralité des villages sans trop de pluie. Mais en fait, les Cinque Terre, c’est quoi ? C’est une rangée de cinq villages colorés (comme son nom l’indique) pluri centenaires qui surplombent la mer. Comme dit dans mon article sur mon itinéraire, j’ai pris un pass à la journée, coûtant 16 euros, pour visiter les Cinque Terre en combinant sentiers et trains (oui, les sentiers sont payants et quand j’y étais, il y avait des contrôles aux départs des chemins). J’ai donc commencé par prendre le train de La Spieza à Monterosso al Mare. Ce dernier n’a pas franchement grand intérêt quand on sait ce qui nous attends ensuite. Je ne me suis donc pas arrêtée et je me suis rendue directement au départ du sentier pour rejoindre Vernazza. Il faut savoir que chaque année, certains sentiers ferment pour remise en forme; cette année (en 2021), ce sont les sentiers entre Corniglia et Riomaggiore qui étaient condamnés. J’ai mis environ 1h30 pour faire le chemin. Attention : les sentiers de randonnées sont de véritables sentiers, il faut donc avoir des chaussures adéquates. Bon à savoir également : les chemins sont interdits lorsqu’il pleut.

Vernazza est sans aucun doute le village le plus pittoresque et le plus étendu de tous. J’ai adoré m’y perdre. Entouré par des coteaux où s’étendent à perte de vue des vignes et des oliviers, tu pourras y visiter notamment l’emblématique église Santa Margherita d’Antiochia (datant du XIIIème siècle) et le château Doria (datant du XIème siècle).

J’ai ensuite continué ma randonnée vers Corniglia. Plus petit, il est le seul des villages à ne pas avoir un accès direct à la mer. Je ne m’y suis pas vraiment attardée mais, comme d’habitude, se perdre dans les ruelles est le meilleur moyen de découvrir plus en profondeur le charme des lieux.

Je me suis rendue ensuite à Riomaggiore en train. Vu qu’ils annonçaient de gros GROS orages le lendemain, je voulais visiter les Cinque Terre en une journée mais j’avais décidé de dormir à Manarola, du coup j’ai gardé ce dernier pour la fin. Riomaggiore est le plus connu des villages des Cinque Terre avec ses maisons encastrées dans la montagne. Le village est en forme de U, tu n’auras donc qu’à suivre les petites rues pour finir au bout de la jetée afin d’avoir une vue dégagée sur les bâtiments multicolores de l’autre côté.

Il a commencé à bien pleuvoir quand je suis partie de Riomaggiore pour me rendre à Manarola. Je suis donc allée me mettre à l’abri à mon Airbnb avant de visiter le village. Il faut avouer qu’il a un truc en plus par rapport aux autres. Ce n’est pas le plus grand des villages des Cinque Terre mais il dispose de multiples points de vue pour profiter au maximum de ses maisons colorées.

Je te conseille de passer au moins une nuit dans les Cinque Terre : les paysages valent tout autant le coup et ça te permettra de prendre un peu plus ton temps pour découvrir les lieux.

Je m’arrête là en ce qui concerne mes incontournables pour le nord de l’Italie. Je n’ai, bien évidemment, pas tout vu mais ces lieux sont ceux que j’ai préféré durant mes deux séjours en 2020 et 2021. La prochaine fois, j’aimerais découvrir le sud du pays. L’Italie me réserve encore de belles surprises et je pense que d’ici là, d’autres endroits merveilleux feront leur entrée dans mes incontournables alors reste à l’affût !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s