Mon itinéraire de 18 jours chez les Ritals en septembre 2021

Ayant tellement adoré l’Italie du Nord en 2020, j’ai décidé d’y retourner en 2021 pour un tout autre itinéraire du 30 août au 16 septembre. Retour chez nos voisins pour de nouvelles découvertes !

LA VALLÉ D’AOSTE

• PREMIER JOUR : Direction Aoste par le col du petit Saint Bernard et visite

Je suis partie vers 10h de chez moi et je suis arrivée à environ 16h30 à mon hébergement sur les hauteurs d’Aoste. Arès avoir déposé mes affaires, j’en ai profité pour aller visiter un peu les alentours : rien d’exceptionnel, j’ai trouvé la ville très industrialisée et assez vieillotte mais il y avait tout de même de beaux bâtiments. Je suis retournée à mon logement en fin d’après midi car j’étais crevée et le lendemain, une grosse journée m’attendait !

• DEUXIEME JOUR : Randonnée dans le parc National du Gran Paradiso

Pour ce deuxième jour, je me suis rendue dans le célèbre parc national du Grand Paradiso. Au départ du village de Lillaz, j’ai fait la randonnée des cascades du même nom avec une boucle par le Lago delle Loie et le refuge de Bardoney. J’avais oublié à quel point les paysages italiens sont magnifiques !

Il y avait tout de même pas mal de monde mais ça n’a gâché en rien ma journée. J’ai mis environ 5h pour tout faire en prenant le temps de me poser au lac et de faire des photos tout le long. Pas de difficulté particulière à part une bonne montée de 2h environ pour arrivée au Lago delle Loie. Je suis revenue en fin d’aprem et je me suis posée dans ma chambre car le lendemain, le réveil sonnait tôt !

LE LAC DE CÔME

• TROISIEME JOUR : Petit tour en montgolfière et direction le lac de Côme

Un jour que j’attendais particulièrement : le jour où je me suis envoyée en l’air en montgolfière ! Mes potes m’en ont fait cadeau pour mes 26 ans et j’ai choisi la vallée d’Aoste pour l’effectuer. C’était vraiment top à part le fait qu’il n’y avait pas assez de vent pour se déplacer. Nous avons donc fait un peu du sur place au-dessus de la ville. En montant à plus de 4000 mètres d’altitude, nous avions une vue imprenable sur le Mont Blanc et les Alpes Suisses !

J’ai réservé mon vol via Charbonnier Mongolfiere qui était en partenariat avec ma Smartbox. L’équipe était vraiment top et parlait très bien français, heureusement d’ailleurs car j’étais qu’avec des italiens ! On était un groupe de 8, il y avait une bonne ambiance, c’était vraiment sympa ! Nous avions rendez-vous à 6h30 du matin pour la préparation, le choix du lieu de décollage etc et le vol a duré à peu près 1h. Une fois redescendue, nous avons aidé à ranger et je me suis ensuite dirigée vers le lac de Côme, deuxième étape de mon road trip !

Après 4h de route, me voilà arrivée à Côme. Je suis allée déposer mes affaires directement à mon auberge où j’ai fait la connaissance d’un américain. On a bien sympathisé du coup on est allés visiter la ville ensemble : direction le funiculaire pour aller à Brunate, au-dessus de Côme. L’aller/retour coûtait 5.50 euros. Je te conseille de marcher jusqu’au phare de Volta pour avoir le meilleur point de vue sur le lac de Côme. Il est accessible en 25min environ à pied du funiculaire mais attention , ça grimpe ! Tu pourras te rendre tout en haut du phare si tu le souhaite pour 2 euros.

Une fois redescendus, on est allés boire un coup au bord du lac. Un ami italien de l’américain nous a rejoint et nous sommes ensuite allés au resto manger une pizza ! C’était une très bonne soirée, on est rentrés assez tard !

• QUATRIEME JOUR : Déambulation dans les rues de Côme et direction Bellagio

Je me suis levée assez tôt pour flâner dans les rues de Côme. J’ai trouvé cette petite ville pleine de charme et super animée. En terme de choses à voir (gratuitement en plus), je te conseille la cathédrale Santa Maria Assunta, la Basilique San Fedele, la Villa Olmo et son parc, la Porta Torre et la place principale de la ville sans oublier de longer le lac.

En début d’après-midi, je me suis rendue à Nesso avant d’aller à Bellagio en ferry. Pour prendre le bateau, c’est très simple : il te suffit de te rendre dans les petites offices au bord du lac, tu pourras y prendre tes billets (soit juste l’aller, soit un forfait qui te permet de faire des haltes à plusieurs endroits). Tu peux également regarder les horaires des ferrys et réserver tes billets en ligne ici. Le billet pour faire Côme-Nesso-Bellagio m’a coûté 23 euros. Nesso est un petit village super mignon qui mérite le détour notamment pour sa petite cascade qui s’écoule entre les maisons.

Puis j’ai atterri à Bellagio, un des villages les plus célèbres et chers du lac de Côme. Il est vrai que le cadre y est très joli et qu’il y a pas mal de choses à voir mais ça n’a pas été mon endroit préféré du lac. Je me suis quand même perdue dans les rues, j’ai goûté des cannolis (spécialité sucrée d’Italie), j’ai visité les jardins de la Villa Melzi (7 euros l’entrée) et j’ai mangé au restaurant au bord du lac en appréciant le coucher du soleil avec l’américain rencontré la veille. Bellagio a ce côté enchanteur dont on ne se lasse pas malgré la foule présente sur place.

Le soir, on s’est calés sur le toit de notre Airbnb avec l’américain pour boire une dernière bière avant d’aller se coucher, c’était notre dernier jour à deux avant que nos chemins se séparent le lendemain.

• CINQUIEME JOUR : Direction Varenna puis Lenno et visites

Pour moi ce matin c’était direction Varenna. J’en avais lu beaucoup de bien sur les différents blogs voyages et effectivement, je n’ai pas été déçue ! Ce fût mon coup de cœur du lac de Côme ! Ce village regorge de surprises dont je préfère te parler dans mes incontournables parce que ça vaut quand même grave le coup ! J’y ai passé toute la matinée et je n’ai malheureusement pas eu le temps de tout voir puisqu’ensuite, j’avais prévu de traverser jusqu’à Menaggio, de l’autre côté du lac. Rien de transcendant dans ce village, mais j’ai entrepris le Greenway del Lago di Como. Ce sentier, qui longe les berges du lac de Menaggio à Lenno, est sympa à faire car il offre des points de vue différents. Par contre, beaucoup de morceaux se font sur la route, sans trottoir, j’ai trouvé ça assez dangereux car le sentier n’est pas forcément aménagé tout le long et c’est bien dommage. Je suis arrivée à Lenno au bout de deux heures, après avoir bien cramée au soleil. Une bonne glace et un jus de fruit plus tard, je me suis rendue à mon hôtel pour déposer mes affaires et me reposer un peu. L’italien, que j’ai rencontré grâce à l’américain, et venu passer la soirée avec moi, au menu : pizzas et bières au bord du lac, c’était bien cool ! Je te parle de Lenno également dans mes incontournables car j’ai bien aimé ce dernier petit village de mon itinéraire autour du lac de Côme.

• SIXIEME JOUR : Retour à Côme en passant une dernière fois par Bellagio

Le matin, je suis allée découvrir la Villa Balbianello, un célèbre domaine à Lenno où ont été tournées de multiples scènes de films, notamment de Star Wars ou encore de James Bond. Je t’en parle davantage dans mes incontournables. Je me suis ensuite dirigée de nouveau vers Bellagio avant de retourner vers Côme. J’aurais voulu retourner à Varenna pour découvrir le Castello di Vezio, qui est un château datant du XI ème siècle surplombant le village, mais je n’ai pas eu le temps. J’ai déambulé ça et là toute l’après-midi, sans réel but, avant de retourner à mon auberge de jeunesse à Côme.

BERGAME

• SEPTIEME JOUR : Direction Bergame et découverte de la ville

Petit changement de plan dans mon programme : j’ai rejoint l’italien à Bergame pour qu’il me fasse découvrir la ville. J’ai réussi à trouver une place de parking gratuite, à 25min à pied du centre historique. La ville était grouillante de monde car, bien que petite, elle dispose de nombreux magasins et de jolies choses à voir avec, notamment, la Basilique Santa Maria Maggiore, la cathédrale Sant’Alessandro, la porte San Giacomo et la Plaza della Ragione. Il est bon de se perdre, comme à chaque fois, dans les rues. Nous avons mangé dans un très bon resto : Il Circolino Citta Alta (que je recommande vivement pour sa cuisine typique) et l’italien m’a ensuite emmenée à un très beau point de vue en funiculaire. Pour finir la journée en beauté, il m’a accueillie chez lui, dans son village natal, à Brivio.

LES DOLOMITES

• HUITIEME JOUR : C’est parti pour les Dolomites !

Je quitte l’italien assez tôt le matin pour me rendre de nouveau dans les Dolomites ! J’ai eu un énorme coup de cœur en 2020 pour cet endroit, alors je ne pouvais pas ne pas y remettre les pieds. Direction Bolzano dans un premier temps, bon point de chute pour arriver dans le Sud-Tyrol. J’ai mis environ 6h de route car j’ai fait un détour pour me rendre d’abord à Santa Magdalena. Je m’y étais déjà rendue l’an dernier mais je n’avais pas pris le temps de découvrir vraiment les lieux. Cette année j’ai eu d’autant plus de chance car il faisait beau contrairement à l’année dernière où c’était bien couvert, j’ai donc pu avoir une vue dégagée sur les montagnes en arrière plan !

Pour avoir le point de vue de la photo ci-dessus, il suffit juste de grimper sur la colline qui surplombe le petit parking payant proche du point de vue principal de l’église. Si tu continues sur la route qui monte derrière ce parking, tu arriveras à un autre grand parking payant au bout d’une quinzaine de minutes qui te donnera accès à plein de départs de randonnées. Sur la route, il y a même une petite réserve naturelle avec des biches et des cerfs ! Il y a aussi un autre point de vue sur le petit village de Santa Magdalena. Il faut se garer dans le village en contre-bas et suivre les panneaux indiquant le sentier de ce dernier (le GPS connait la localisation)

Après quelques heures passées sur place, j’ai rebroussé chemin jusqu’à Bolzano, j’ai déposé mes affaires à mon hôtel et je suis allée un peu découvrir la ville, chose que je n’avais pas pris le temps de faire lors de mon premier séjour.

Bolzano est une ville universitaire qui accueille de multiples évènements culturels, elle est donc très vivante ! Il n’y a pas beaucoup de choses à voir mais j’ai trouvé cette petite ville vraiment sympa. J’ai fait quelques courses avant de rentrer à mon hôtel.

• NEUVIEME JOUR : À la découverte de l’Alpe di Siusi

L’an dernier, j’avais décidé de découvrir Seceda, un massif montagneux dans le parc naturel de Puez Odle accessible en télécabine depuis Ortisei. Cette année je suis allée juste en face : à l’Alpe di Siusi, toujours dans la vallée de la Val Gardena. Il s’agit du plus grand alpage d’Europe, je te laisse donc imaginer la superficie. Je t’en parle mieux dans mes incontournables, il y trouve largement sa place ! On peut s’y rendre en télécabine également pour 20 euros aller/retour, ou en voiture mais attention : la circulation est très réglementée, il faut arriver en haut avant 9h ou après 17h seulement, entre ces horaires, interdiction de circuler sous peine d’amende. J’ai choisi l’option numéro 1 en me garant au parking sous-terrain du télécabine pour 0.50 centimes de l’heure.

Malheureusement, il m’est arrivé la pire chose qu’il puisse m’arriver (j’exagère mais quand même !), après deux heures de marche, mon appareil photo a décidé de me dire que mes photos ne s’inscrivaient pas sur la carte mémoire, résultat : plus d’une centaine de clichés perdus, et moi en pleurs, priant pour que ce ne soit qu’un problème de carte SD (les photographes comprendront ma détresse !) Fort heureusement pour moi, c’était bien la carte qui a beugué mais après toutes ces péripéties, je suis rentrée me poser à l’hôtel.

• DIXIEME JOUR : Direction le Lago di Braies et les Tre Cime

Véritable coups de cœur de l’année dernière, je souhaitais retourner au Lago di Braies et aux Tre Cime car j’avais, cette fois-ci, hyper beau temps dans les Dolomites. Tu trouveras tous les renseignements qu’il te faut dans mes incontournables parce que oui, pour moi, ces deux lieux sont les plus représentatifs des Dolomites et tu ne peux pas ne pas y aller !

• ONZIEME JOUR : Retour à l’Alpe di Siusi

Cette journée était consacrée de nouveau à l’Alpe di Siusi. Suite à mon petit incident deux jours avant, je ne voulais pas rester sur un échec et ai donc décidé d’y retourner pour reprendre des photos et faire un bon petit tour pour admirer les paysages grandioses de l’alpage. Je ne suis pas rentrée trop tard à mon hébergement car le lendemain, j’avais 7h de route pour me rendre à Florence !

LA TOSCANE

• DOUZIEME JOUR : Direction la belle Florence

Comme dit précédemment, j’ai mis à peu près 7h pour arriver à Florence. Malgré le fait que ce soit une immense ville, j’y ai facilement circuler sans trop de stress. Je suis arrivée à l’hôtel en fin d’aprem et j’étais tellement épuisée que je n’ai pas eu la force de ressortir. Mais le lendemain me réservait de belles surprises !

• TREIZIEME JOUR : Visite de Florence

Quelle claque cette ville ! Il y a tellement de choses à voir, à faire, à ressentir ! Florence est sans aucun doute ma ville préférée d’Italie jusqu’à présent, j’ai adoré son ambiance ! Bon, par contre, il y avait énormément de monde et tous les sites touristiques étaient pris d’assaut. La plupart des monuments à visiter affichaient complet, ça fait bizarre quand on sait que l’an dernier, quand je suis venue en Italie au mois d’août, il n’y avait absolument personne à cause du covid. J’ai pu monter, cependant, en haut du Campanile di Giotto; me rendre au point de vue de la Piazzale Michelangelo, me balader sur le Ponte Vecchio; déambuler et me perdre dans les si jolies rues de la capitale des Arts et manger un délicieux rizotto en face de la Piazza della Signoria. Je te parle d’ailleurs de tout ça dans mes incontournables. En fin de journée, j’ai également visité le Musée Interactif Léonard de Vinci. L’entrée coûte 6.90 euros et tu pourras y voir des reproductions de machines pensées par le célèbre inventeur ainsi que des plans et des modèles d’inventions. Personnellement, je n’ai pas trouvé ça ouf et ça ne vaut pas vraiment le détour même si l’intérieur du musée est joli… C’est, cependant, assez ludique pour les enfants ! Je suis rentrée assez tard car après le resto, je suis retournée à tous les lieux que j’avais vu dans la journée histoire de profiter une dernière fois avant mon départ le lendemain.

QUATORZIEME JOUR : Direction Sienne et visites

Pour cette nouvelle journée, je me suis rendue à Sienne par la célèbre route Chiantigiana (appelée aussi la SR222). Réputée pour la beauté de ses paysages, elle permet également de traverser de multiples villages et domaines viticoles d’où provient le célèbre vin Chianti. Personnellement, je ne suis pas fan de vin mais si c’est ton cas, profite-en pour t’arrêter dans les divers vignobles ouvert au public et pour visiter notamment Greve in Chianti, Castellina in Chianti, Castello di Brolio, Montefioralle et j’en passe.

Je suis ensuite arrivée à Sienne au bout de deux heures environ en garant ma voiture au parking payant (1.50 euros de l’heure quand même) du cimetière, à environ 15min à pied du centre historique. Je pensais que la ville pouvait se visiter en 2 ou 3h max mais en fait, il y a énormément de choses à voir, j’ai eu un réel coup de cœur pour cet endroit, c’est pourquoi je t’en parle mieux dans mes incontournables ! Je suis allée déposer mes affaires à mon hébergement vers 20h avant de repartir visiter la ville de nuit, c’était incroyable !

QUINZIEME JOUR : On the road again, de San Gimignano à Pise

Départ assez tôt pour San Gimignano avec un premier arrêt dans le tout petit village de Monteriggioni. Il n’y a pas grand chose à voir mais ses remparts et ses petites ruelles valent le coup d’oeil si tu passes dans le coin.

Dans une boutique d’antiquités et d’objets vintages, je suis tombée sur des photos des paysages typiques de Toscane avec les collines à perte de vue et les fameux cyprès taillés en pointe. J’ai demandé où se trouvaient ces lieux au gérant du magasin : il s’agissait de points de vue au sud-est de Sienne. Ni une ni deux, j’ai rebroussé chemin pour m’y rendre, je ne pouvais pas manquer ça ! Une heure et demie environ plus tard, un décor somptueux s’offrait à moi. J’ai passé des heures à arpenter les routes pour en découvrir davantage.

Le point de vue ci-dessus se trouve au Baccoleno Agriturismo (le GPS connait la localisation), et tu en as aussi un de très sympa à Crete Senesi. C’est, pour moi, les plus beaux paysages représentatifs de la Toscane que j’ai vu. Je suis ensuite allée à San Gimignano, comme prévu. Cette petite ville médiévale m’a beaucoup fait penser à Sienne et mérite d’être, elle aussi, dans mes incontournables ! Je suis arrivée en fin de soirée à Pise où je passais la nuit afin de découvrir la ville le lendemain.

SEIZIEME JOUR : Visite de Pise, Lucques et direction La Spezia

Pensant qu’il y aurait beaucoup de monde, j’avais réservé quelques jours avant une place pour visiter la Tour de Pise sur GetYourGuide. Pour 24 euros, je pouvais monter au sommet de la tour et visiter la cathédrale sur la même place. C’est, en effet, un peu cher, d’autant plus que si tu prends tes tickets sur place, tu payeras 6 euros de moins. Et c’est ce que j’aurais dû faire puisqu’en réalité, il n’y avait pas tant de touristes que ça.

Ma visite étant à 11h, j’ai eu largement le temps de faire le tour de la place principale où se trouvent les principaux centres d’intérêts. La cathédrale est assez impressionnante vue de l’intérieur, elle vaut le coup d’oeil ! Je n’ai pas visité le baptistère ni le reste des monuments mais entre nous, j’ai trouvé que monter en haut de la tour de Pise n’est pas indispensable. J’avoue avoir été assez déçue de Pise. Lieu emblématique d’Italie, il n’y a pourtant pas grand chose à voir et la tour n’est pas si impressionnante que ça. Disons que c’est sympa à voir une fois dans sa vie mais je n’y retournerais pas. Ma visite étant terminée, je suis ensuite partie en direction de Lucques.

Tous les petits villages de Toscane se ressemblent : ils ont tous un style médiéval avec un charme que je n’ai vu nulle part ailleurs en Italie. La ville de Lucques en fait parti. Une fois que l’on a franchi ses remparts, c’est une autre ambiance qui nous attends et l’expression Dolce Vita prend tout son sens dans des lieux comme celui-là !

Je me suis perdue, encore et toujours, dans les ruelles; j’ai visité quelques unes des très nombreuses églises de la ville, et je suis montée en haut de la tour Guinigi, la seule restante qui surplombe la ville et qui possède un jardin suspendu avec des chênes parait-il centenaires. Je te conseille de la visiter, l’entrée coûte 4 euros et tu as une vue superbe de là-haut.

Je suis repartie en direction de La Spezia, point de chute que j’ai choisi pour visiter les Cinque Terre. La ville n’a rien d’intéressant en soit, je me suis posée à mon appart en fin d’après-midi et j’ai attendu patiemment le lendemain : des années que j’attendais de découvrir les Cinque Terre et le moment était enfin venu !

LES CINQUE TERRE

DIX-SEPTIEME JOUR : Découverte des Cinque Terre

Levée de bonne heure, il faisait malheureusement pas beau ce jour-là, premier jour de mon road trip où le ciel était vraiment menaçant… Je me suis rendue à la gare à pied où j’ai pris un pass pour les sentiers et les trains afin de me déplacer plus librement (oui les sentiers sont payants et lorsque j’y étais, il y avait des contrôles aux départs des chemins). Ce dernier m’a coûté 16 euros la journée. Je suis allée, dans un premier temps, jusqu’à Monterosso al Mare en train afin de redescendre doucement les cinq célèbres villages surplombant la mer. Je te parle plus en détails de ma visite des Cinque Terre dans mes incontournables ! J’ai passé la nuit à Manarola, le plus beau village selon moi.

DIX-HUITIEME JOUR : Chill à Manarola avant de retourner à la Spieza

Je voulais refaire un petit tour dans les Cinque Terre mais de nombreuses averses sévissaient pour ce dernier jour. J’ai donc pris mon temps et j’ai flâné dans la jolie Manarola afin de prendre mes dernières photos.

Je suis ensuite retournée à La Spezia en train mais j’ai eu la bonne idée de ne pas prendre de billet en me disant qu’il n’y aurait pas de contrôleur. J’avais certainement oublié que j’avais la poisse et que le seul jour de ma vie où je décide de ne pas prendre de billet de train, il y avait forcément un contrôleur dans mon wagon, résultat : 54 euros d’amende, suuuuper ! Un peu soulée et mon voyage touchant dans tous les cas à sa fin, j’ai décidé de rentrer en France sur un coup de tête. Départ vers 15h30 et arrivée vers 2h15 du matin le lendemain après près de 12h de route d’affilé. Malgré ce petit « incident », ce voyage en Italie du Nord m’a laissé de très beaux souvenirs, encore meilleurs que mon premier séjour !

[ Clique sur les différents points pour avoir un résumé de ce qu’il y a à voir dans les différents lieux]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s